Tentative éphémère et provisoire, à partir de ma seule petite expérience de vie,

de relater « la question de l'Homme » sous l'angle de « la spiritualité »,

telle qu'elle n'a cessé de voyager en moi de l'aube jusqu'au couchant

-------


" Les gens sont comme des vitraux. Ils brillent tant qu'il fait soleil, mais, quand vient l'obscurité, leur beauté n'apparaît que s'ils sont illuminés de l'intérieur." — Elisabeth Kubler-Ross

"« De même qu'il y a un objet matériel derrière chaque sensation, de même y a-t-il une réalité métaphysique derrière tout ce que l'expérience humaine nous propose comme réel. » - Max Planck


lundi 30 janvier 2012

Tentative


Depuis plusieurs mois, mon écriture personnelle, hors publication, tourne plus ou moins autour de la « question de Dieu », pour m'en tenir à une formule quelque peu simpliste. Non pas le débat sur l'existence ou non de celui-ci, non pas le débat pour savoir s'il est Ceci plutôt que Cela, s'il est réel ou si on s'illusionne, et autres choses du genre.


Il s'agit plutôt de tenter de rendre compte de mon mon vécu en ce domaine, telle qu'il fut dans ma vie. Que je le veuille ou non, ainsi en fut-il dans ma réalité. Il existe en ce domaine une histoire  inscrite dans ma chair, avec ses joies et ses souffrances, ses incompréhensions et ses lumières, son acceptation autant que son refus, ses délices et ses combats.

Il m'a semblé que pour avancer dans une démarche d'authenticité envers moi-même il me fallait en passer par une publication " extime ", pour reprendre ce vocable qui qualifie l'écriture intime rendue publique, en particulier sur un blog.

Lorsque j'écris pour moi seul, les sensations brutes se mettent en mots avec leur intensité d'origine et leurs éventuelles charges émotionnelles. Cette écriture-là n'étant que pour moi-même, je ne suis pas astreint à une mise en forme pour rendre compréhensible, même si mon intelligence cherche à comprendre le vécu brut, à le placer et le situer dans mon histoire de vie.

Écrire pour un lecteur potentiel, quand bien même ne serait-il que moi-même au final, m'oblige à une plus grande rigueur d'analyse, tout en veillant à ne pas décoller de ma réalité, de l'expérientiel tel qu'il fût.

* J'ai donné comme titre à ce billet : « tentative ». C'est un peu un ballon d'essai. J'ignore dans quelle mesure je continuerai, jusqu'où, jusqu'à quelle profondeur, jusqu'à quel degré d'intimité cela est-il possible "ici".
Tentative aussi au sens expérimental :  est-ce le bon moyen pour moi ?
L'avenir le dira…

* Pour quel lectorat ?
J'hésite encore à faire un blog ouvert à tous les vents, ou à le limiter à des lecteurs choisis. Pour l'instant, n'ayant encore rien dit de très intime, j'opterai pour une ouverture sans restriction.

* La question des « commentaires ».
Là aussi j'hésite. Je ne voudrais pas que les commentaires me dispersent. Q'ils m'entraînent dans des réponses qui m'emporteraient ailleurs, plus ou moins malgré moi. D'un autre côté, l'absence de possibilité de réagir me gêne aussi.
Je vois deux options :
— soit indiquer clairement que je ne répondrai pas aux commentaires.
—  Soit proposer aux gens de réagir par mail.
Là encore, à voir à l'usage.

J'ouvre donc ce blog spécifique, qui n'aura qu'une durée temporaire. Chaque billet, en tant que tel, aura une durée de vie limitée…

8 commentaires:

  1. Merci Alain d'ouvrir ce blog!
    Ce sujet m'intéresse énormément: j'aurai plaisir à te lire...

    Je crois que la première option (pour les commentaires) est excellente: tu avertis clairement que tu réponds pas (pour les motifs que tu dis, ne pas te disperser, mais ce serait intéressant de prendre connaissance des réactions de tes lecteurs

    RépondreSupprimer
  2. Tente tente. Je serai là à te lire. Ce sujet m'intéresse depuis quelques années et ton point de vue et tes réflexions seront les bienvenues. suite à mes lectures de tes textes, je pense que tu pourrais eclairicir certains de mes questionnement sans paler de réponse mais d'autres approches.
    Alors qu'une envie : Continue ta tentative.
    Pour les commentaires, je rejoins Coumarine et ce serait bien de te répondre par mail pour ceux qui en ont envie. Pourquoi pas? Ecrire un mail demande, je pense (en tous les cas pour moi) plus de réflexions, plus de concentrations qu'un simple commentaire.
    Bonne soirée à toi.

    RépondreSupprimer
  3. AlainX je te souhaite une belle écriture.
    Je commente très peu, alors ce ne seront pas mes réflexions qui te disperseront.

    RépondreSupprimer
  4. Bonne continuation à vous en espérant continuer à vous lire ici. Vos réflexions m’éclaireront certainement.

    RépondreSupprimer
  5. Un blog temporaire, avec des billets à durée limitée: voila qui me plaît, ça ressemble fort à l'existence, où l'on s'ingénie à croire que tout va durer alors que l'on bâtit des châteaux de sable sur des cartes (ce qui est encore plus illusoire que l'inverse)
    Au cas où, j'espère faire partie des "lecteurs choisis"...quel est le cahier des charges? ;)

    RépondreSupprimer
  6. Bienvenu dans le monde des éphémères alors.
    En ce qui me concerne, cela m'évite de verser dans la routine et de forcer le trait qui consiste parfois, au bout d'un certain temps, à écrire ce que le lecteur attend de lire.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  7. Le dernier commentaire étant passé, me revoici là où j'étais restée coincée la semaine dernière :-) , ravie que tu ouvres cet espace, le sujet relevant pour moi de l'essentiel dans l'existence - c'-à-d la spiritualité, et l'accompagnement humain (faute de "divin", en tout cas pour moi!)
    Quoi que tu choisisses pour laisser les lecteurs s'exprimer ou non, je serai sage comme une image.

    RépondreSupprimer
  8. Me voilà, je laisse un petit mot pour dire que je vais lire ici aussi, je lis là-bas, en silence. Je trouve intéressant l'explication que tu donnes sur l'écriture extime et m'éclaire sur ma propre démarche. De mon côté, je parviens de moins en moins à laisser, confier, sur mon blog. Je pense que c'est bien si tu laisses la possibilité de commenter.

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser à : alainxenreve (at) yahoo.fr
Merci.
Je le publierai en votre nom.